Chronique de mars, Benelux

Assemblage de saison mi-sûre et pale ale brettée vieillie en fût de chêne américain, puis houblonné à cru au Galaxy.
Wow.
Juste le descriptif est à couper l’souffle!
Il s’en suivit une jolie poésie, que voici :

Complexe,  très.
Collet généreux et persistant
Mais léger et volatile
Donne des ailes
Aérien.

Ça sent le vent
Ça sent le doux vent du printemps

Ça sent la gueuze
Ça sent la brett
Ça sent la pêche
Ça sent la mangue
Ça sent la ferme
Et la fermente.

Là chus perdu.

Aidez-moé donc!
Qu’est-ce qui goûte quoi là?

C’est fruité
Même si pas d’fruit
C’est tropical
Encore une fois
C’est léger
Même si pas trop
C’est boisé
Mais pas que ça

C’est fûté.
Oui c’est ça.

Ça s’boit très bien

Même si 7.5%
Un peu trop bien
Encore une fois

Une autre gorgée
Mais pas trop vite…

Attends
Prends donc ton temps
C’est bon.

C’est rafraîchissant
Et chaud quand ça descend
Ça fait du bien
Mais c’est quoi ça?
Aucune idée.

Mais c’est ben bon!

Aucun point faible
Aucun arrière goût fatigant
Rien d’trop agressant au palet

Brett, houblon, fut.
Tout c’qui fallait.

Très surprenant
Très élégant

Dire que j’aurais pu passer à côté
Dire que j’ai failli jamais goûter ça
Oui, elle fait partie de celles-là.

Share