La Solution, Ras l’Bock

J’ai effleuré l’sujet dans mon dernier article, mais là je l’prends d’front. V’là donc enfin LA SOLUTION, IPA américaine!

J’avais pas tant omis d’en parler que jugé qu’elle était déjà pas mal connue dans l’milieu, puisque pas si nouvelle que ça. Règle importante du parfait p’tit amateur de broue : ne pas tomber dans l’appât d’la nouveauté et du hype exponentiel sans fin.

Petite distribution oblige : elle reste l’une des rarissimes merveilles du Bas-Saint-Laurent, que l’on ne peut qu’apprécier en saison, lorsque que l’on passe par Saint-Jean-Port-Joli ou par l’un de ses spots de vente qui sont, entre vous et moi, tous loin d’chez-moi.

Petite anecdote cocasse : j’avais trouvé un spot qui les vendait à perte dret su l’bord d’la 20 (les vrais savent d’où je parle). Fa que j’en avais fait des provisions en octobre passé! Et pis me v’là, presque 2 mois après, à boire ma dernière et à finalement oser écrire quèqu’mots au sujet de cette petite perle locale. L’une des, selon moi, meilleures IPA de type américain qui se brasse actuellement au Québec. Rien de moins!

Ça sent les fruits : pêche, mangue… Abricot! Belle robe dorée, voilée, rendant franchement bien hommage à la tradition du genre IPA! Mais à l’américaine, ça va de soit : son généreux houblonnage parle de lui-même. Ça goûte aussi beaucoup l’abricot, mais résineux, herbacé (sans doute dû au mois d’attente dans l’frigo)… Un abricot frais, mais qui a passé quèqu’jours dans l’bois. Un abricot sauvage toé, qui aurait p’t’être même grandi din forêts d’l’est… du Québec tsé!

Il y a dans cette bière une intensité d’houblonnage sans pareil, presque inconcevablement concentrée sur le fruit. J’sais ben pas comment y’ont réussi à concentrer l’jus comme ça, mais j’vous avoue que quand c’est frais c’est presque trop! J’pensais qu’il s’agissait d’une question d’batch, mais finalement j’la préfère un peu plus mature : 1 mois ou 2, au frais, pas plus! Sans doute l’âge qu’elle avait la première fois que j’l’ai goûtée. Ce qui explique bien mon étonnement lorsque je l’ai bue bien fraîche! Une explosion en bouche toé!

L’amertume persiste en finale, mais le reste aussi. C’est très bien fait et l’arrière-goût n’est pas du tout déplaisant! Un parfait équilibre entre la résine, le fruit et le sucre. Une bière qui s’boit très bien tempérée, mais plus froide que tiède aussi!

Comparable à pas grand chose qui se fait ici, elle est en quelque sorte la précurseuse du style au Québec. Une des premières IPA à avoir osé viser plus haut qu’la moyenne. À repousser la limite du connu des petits québécois qui sortent pas souvent aux États…

Une autre belle réussite d’ici quoi!

Santé!

Share