Murakami, Épitaphe

Amateurs de littérature et de bière, tenez-vous bien, cette dégustation est pour vous! La Murakami ne fait pas qu’évoquer l’un des plus grands noms de la littérature japonaise contemporaine, elle lui rend un vibrant hommage!

D’emblée, je dois vous avouer que j’ai été renversé par cette bière, une kveik IPA qui s’apparente pas mal à une NEIPA.
La Murakami, en plus de dévoiler une robe opaque de la couleur du miel baratté, avec une mousse onctueuse et persistance, offre dès l’ouverture de la cannette une explosion d’arômes fruités, agrumes et pêches qui est tout à la fois rafraîchissante et renversante.

L’explosion fruitée se transporte en bouche avec un goût léger et complet de pamplemousse rose, de lait et d’épices. C’est rond, souple, résineux. Rarement ai-je eu le bonheur d’avaler une bière made in Quebec qui se rapproche autant des fameuses bières de la BBCO et consorts. C’est tout à l’honneur du brasseur Jan-Philippe Barbeau, l’architecte d’Épitaphe, un projet produit dans les installations de Lagabière à St-Jean-sur-le-Richelieu.
Ça coule, et on en redemande, donc!

Belle façon d’en venir à Murakami, un auteur dont les histoires filent entre vos doigts comme le sable d’une plage japonaise. (Non, vous avez bien raison, je n’ai aucune idée de l’état des plages au Japon…) Pour ceux d’entre vous qui ont eu le plaisir de lire son oeuvre majeure, 1Q84, vous savez toutefois où je veux en venir : on sort de ces 1500 et quelques pages comme hypnotisé, transformé par ce récit à l’impossible beauté.

Évidemment, cette bière se boit plus rapidement que la lecture des trois tomes de 1Q84, mais elle en garde l’aspect insaisissable, limpide et enjoué.
Voilà l’essentiel de ce que j’avais à raconter à propos de la Murakami. Une réussite totale, à mon avis, et probablement une bière qui fera époque, tout comme l’auteur de Kafka sur le rivage!

Kampaï!

Share