Nordet IPA, Auval

C’est drôle à dire, mais j’ai toujours un peu d’misère à m’lancer dans critique d’une IPA. Ç’a beau être mon style de bière préféré, on dirait que j’doute toujours de pas trouver les mots justes, les termes uniques qui la décriront elle, pis pas celle d’la brasserie d’à côté. La même peur que doit ressentir un brasseur avant de lancer ledit produit su’é tablettes : « Serai-je apte à livrer la marchandise? Sera-t-elle à la hauteur des attentes? »

Eh ben j’ai tout d’même décidé d’vous en présenter une qui surpassa de loin les miennes, d’attentes… Et ce, malgré toutes les louanges croisées au passage sur les Interwebs (gang de spoilers vous autres, j’vous ai même pas lus pour m’en faire ma propre idée!) et pis j’ai nommé la Nordet IPA d’Auval! Une houblonnossime de merveille brassico-locale dont peut être grandement fière notre très chère Gaspésie!

Tout d’abord, on parle d’une bière trouble dry hoppée dont le houblon varie en fonction de la disponibilité (ici El Dorado, Colombus et Galaxy à en croire les Interwebs) : j’apprécie grandement l’honnêteté face à la variabilité du produit. Car, en plus de brasser des produits d’exception, Auval réussit toujours à faire ressortir ce petit quelque chose rendant chaque brassin de chaque variété de bière unique. « Créer la rareté » étant pratiquement devenu leur devise, la vitesse à laquelle s’envolent les bouteilles de leurs brassins limités a rapidement fait leur renom.

Avant d’ouvrir une IPA trouble de la sorte, je tiens toujours à retourner doucement la bouteille et la faire tournailler doucement afin de décoller les particules de lie et houblon se trouvant au fond. Du moins, c’est mon petit rituel à moi (qui fait que j’ai moins de surprise à la fin)!

Lorsqu’on la verse, on remarque tout de suite sa belle robe jaune voilée, rappelant le jus d’orange… C’est définitivement un proche parent du jus d’fruit! Un nez floral et trèèèèèèès fruité se fait dès lors valoir. Sans tous les nommer (ce que je ferai anyway dans le prochain paragraphe), j’oserais sans doute faire référence à un délicieux punch aux fruits tropicaux.

Côté texture et goût, on jurerait avoir affaire à un nectar de fruit : vous savez ce jus naturel fait de fruits entiers? La pèche, l’abricot (mais mûr là, pas séché), les agrumes, la mangue, le fruit de la passion et… la poire!? Oui, elle est bien là. Subtile, mais bien là! Et tous ensemble, ces délicieux fruits nous rappellent que le houblon en est un, de fruit. Et que, lorsqu’utilisé de façon adéquate, il se révèle être un aromate extrêmement puissant. Amer, certes. Mais surtout floral et très aromatique, comme nous le démontre si bien la Nordet! Une bière sublime, explosive et tellement bonne que j’ai du la garder entièrement pour moi (alors que j’ai habituellement tendance à partager les 500 ml) pour bien en saisir toutes les facettes et subtilités. Un autre chef-d’œuvre signé Auval!

Certains se plaindront de la disponibilité limitée du produit et du manque de distribution de ce dernier, mais cette facette de l’oeuvre fait naturellement en sorte qu’elle soit toujours fraîche et qu’elle ne tombe qu’entre les mains de réelles têtes chercheuses de nouveautés et de petites perles comme celle-ci. J’aime le côté soigné et artisanal de ce que j’ai actuellement l’honneur de goûter.

Je vous avoue avoir fait le tour de 6 spots du Bas-Saint-Laurent afin de finalement en trouver à un endroit plutôt inusité (on a tous nos petits secrets), où j’en ai acheté 4… pis finalement je m’en veux d’pas avoir pris tout l’rack! J’vous dirais ben qu’la morale de l’histoire c’est qu’dans les p’tits pots y’a les meilleurs onguents pis toute, pis toute… mais ce pot là a rien d’un p’tit pot conventionnel. C’est un p’tit criss d’anti-conformiste de pot qui refuse de devenir grand pour garder son intégrité et sa passion des choses bien faites.

Et ça, on n’peut que s’incliner devant ça!

Santé!

Share