Petit Fjörd, Champ Libre et Les Coureurs des Boires

La bière norvégienne, on connaît très peu ça par ici. Ou alors on la transforme en Kveik IPA à tout coup! Je n’avais jamais mis la main sur une réplique aussi renversante d’une Farmhouse norvégienne, mais celle-ci est assurément ce que j’ai goûté de meilleur dans le style jusqu’à présent. Il s’agit d’ailleurs d’une collaboration avec Les Coureurs des Boires : goûteurs, auteurs, explorateurs des bières de terroirs du monde à la curiosité débordante.

À l’ouverture, on remarque d’abord un nez végétal rappelant un champ d’herbes sèches à l’automne… Un vent de fraîcheur rempli d’odeurs apaisantes et de pollen, floral bref! En bouche, c’est minéral, herbacé et très complexe… À la fois déconcertant et intriguant! Je laisse tempérer pour mieux comprendre tout ça. Je relis quelques fois le texte sur l’étiquette, qui mentionne le malt fumé maison, l’infusion de branches de genévrier et la fermentation en fût de chêne avec levure Hornindal : je commence à mieux capter ce qui se passe dans ma bouche.

La seconde gorgée apporte une touche saline, sans doute due aux malts fumés, puis fermière… Herbes séchées, foin! J’aurais pensé qu’une bière infusée aux branches de genévrier aurait eu plus de présence du sapinage et du conifère, mais non. Ça, c’est la baie. Le branchage de cet arbuste offre plutôt des aspects herbacés et sauvages à ce petit élixir aux multiples facettes, relançant chez-moi quantité innombrable de « WOW »! Le chêne aussi y joue assurément un rôle important, mais pas pour la même raison que les autres bières barriquées. C’est un tout, un ensemble de variables qui, une fois assemblées dans le bon ratio, forment un résultat plus que singulier.

Une belle complexité qui s’allonge en bouche et c’est à n’y rien comprendre. Ça, j’aime ça. Je suis habitué de décortiquer chaque saveur de manière à comprendre d’où elles proviennent, mais ici la tâche est ardue! J’aime qu’on me sorte ainsi de ma zone de confort. Des arômes particuliers et tous très uniques y sont si bien dosés et agencés qu’on n’en goûte au final qu’un parfait amalgame. Rien n’est là pour rien, et tout y est!

Fumée juste à point, avec une belle touche végétale qui relance les arômes fermiers de la levure viking en la faisant balotter entre des branches fraîches dans un vieux tonneau de chêne qui flotte à la dérive. C’est l’image que j’en ai… Ça sent le grand air, ça goûte l’exploration en haute mer et on en redemande après chaque gorgée.

Voici une bière unique qui a su me renverser et de laquelle je ne suis pas prêt d’oublier le souvenir gustatif. Je ne pense maintenant qu’à répéter l’expérience au niveau de la brasse maison…
Une très grande réalisation! Bravo!

Skål!

Share