Pitayana, Brasserie Générale (ou un voyage en can à Santa-Pitayana)

J’arrive chez moi après ma dernière journée chez mon futur ex-employeur pis qu’est-ce que je vois pas sur le porche de mon bloc? Un 4 pack de voyage en can. Oui oui! Z’avez bien compris! J’ai peut-être involontairement passé mes vacances sur la sans-alcool, mais c’est pas dit que j’me rattraperais pas en célébrerant un peu mon changement de job à la tropicawayaaaaa! Et quoi de mieux pour souligner ce genre de « passage à autre chose » qu’un 4 pack de voyage en can à Santa-Pitayana?

Le Québec fait peut-être pas partie de l’hémisphère le plus tropical au monde, mais quand vient temps d’brasser des tropiques, on en brasse pas à peu près! C’est qu’on aime tant l’exotisme! Et pis là j’vous parle pas des snowbirds qui sacrent leur camp dans l’Sud dès qu’vient l’temps d’poser é’pneus d’hiver… Ou peut-être un peu, oui. Mais en gros, on aime ben ça s’évader d’notre p’tit train train quotidien de temps en temps pis c’est tout à fait comprenable. Et pour ce faire, quoi de mieux qu’une bonne dry-hopped sour pitaya et ananas?

En la versant on remarque tout de suite sa robe pourpre, assez unique et surprenante, ainsi que sa mousse rosée. On s’attend donc évidemment à un breuvage très fruité! Et c’est ça qu’c’est. Dès la première gorgée l’acidité nous prend d’assaut, suivi d’une amertume piquante : mais je me dis que c’est sans doute parce qu’elle est froide. Puis, à force de boire et en tempérant on l’apprécie de plus en plus… Jusqu’à ce que, comme par miracle, le jus rouge violacé devienne de plus en plus pâle, de plus en plus opaque! Le dry-hop arrive à la charge!

J’me mets donc à secouer doucement le fond d’la canette pour en décoller les dépôts (technique qui a maintes fois fait ses preuves pour les IPAs de type Nouvelle-Angleterre). En mélangeant le liquide rosé et dense (dû aux sédiments) au reste de mon verre, je découvre une toute nouvelle bière! Ça devient onctueux et bien généreux. J’aurais donc dû faire ça au début! L’acidité se fait bien compenser par le fruit, l’aromatique tropicale du houblon débarque et du coup, je me retrouve directement propulsé sur les plages de Santa-Pitayana : comme dans l’film! Quand un gars sait c’qu’y veut… C’t’une bière de même que ça nous prend!

J’sais ben qu’on est à fin d’l’été pis qu’les bières comme celle-là s’boivent surtout au soleil, voire en pleine canicule! Mais pour moi, c’est un peu comme une deuxième chance d’avoir de vraies vacances : un time out sur ma routine et mes habitudes du quotidien! Et pis ça, y’a pas d’saison pour en profiter. La pitayana, c’est un tout inclus hawaïen au prix du motel d’à côté. C’est une bonne dose de soleil en can, à l’année!
Pis une, c’est clairement pas assez.

Allez, santé!

Share