La Porteneuvoise, Les Grands Bois

C’est le printemps, le temps d’essayer quelque chose de neuf. Ça tombe bien, la brasserie Les Grands Bois débarque en ville, juste à temps pour les barbecues, les chaises longues et le soleil.

Directement de St-Casimir, quelque part entre Trois-Rivières et Québec sur la Rive-Nord, cette brasserie nous propose ses produits dans des bouteilles de style vintage qui rappellent la Dow que buvaient nos paternels en 1973. Si l’on achète pour le look, on y revient aussitôt pour le goût. Parce qu’aux Grands Bois, le secret est assurément dans le flacon.

Je ne sais pas quelle eau coule par là, une eau de source descendue en cascades des montagnes du Bouclier Canadien (un expert en géographie dans la salle?), ou encore enfouie dans une grotte depuis l’âge de pierre et dévoilée par la baguette d’un sourcier new age ; peu importe, j’ai rarement bu un breuvage aussi rafraîchissant.

L’eau est tellement pure qu’on a l’impression de s’être fait passer de l’eau de gouttière toute notre vie. Et la bière que Grands Bois en tire est du même acabit : une robe couleur miel, avec un collet fin et persistant ; des arômes de sapin qui embaument à dix milles à la ronde ; au goût, un tour de force d’équilibre entre le malt et les houblons. C’est frais, c’est simple, et c’est diablement efficace.

Maintenant, j’enfile ma tunique de gourou et je vous prédis votre été : vous allez vous caler dans votre hamac, un bon verre de Portneuvoise à la main, ensorcelé par ses arômes de forêt et de fruits, et vous allez mettre quelque chose de surprenant dans la chaîne hi-fi. Parce qu’avec une Pale Ale aussi rafraîchissante, pas question d’écouter vos vieilles affaires. Finis le pop-rock formaté et les trucs hip à la sauce 8 bits. C’est le temps de vous mettre à la musique d’ici. On enregistre des choses épatantes dans le coin. Vous avez entendu parler du groupe Gadji-Gadjo?

Santé!

Share