The Alchemist, ou la conquête du monde gustatif par le houblon

Beau titre hen!
Mais que dire de plus sur LA microbrasserie ayant fait passer la IPA américaine devant les plus grands styles brassicoles de ce monde? J’ignore encore comment l’aborder. Hop head que je suis. Eh oui, j’y ai goûté! Le trio à part de ça! Enfin. Et comme plusieurs j’aurais bien aimé la partager avec un autre fin gustâteux, mais je n’ai pu attendre plus longtemps que le soir-même de son arrivée dans mon petit cellier. J’ai bien aimé. Enfin bref, en voici un résumé :

Premièrement, on nous dit de la boire à même la canette : une recommandation quelque peu controversé que je n’ai pu qu’appliquer à la première gorgée. Suite à quoi j’ai cru bon de la verser dans mon verre fétiche à IPA : et j’ai nommé la tulipe.

On commence par la Heady Topper, récemment sacrée « meilleure bière au monde » par les grands gustâteux de ce dernier. Oh! Nez intéressant! Agrume et houblons floraux sont bien au rendez-vous. On remarque vite l’alcool du haut de son 8% (double IPA oblige), mais ça descend tout de même très bien. Elle est super bien équilibrée, c’est un fait. Dans un élan d’humilité patriotique je me surprends toutefois à me demander si je n’ai pas déjà goûté équivalent ici même, au Québec. Est-ce une question de fraîcheur? De verre? Ça reste à déterminer.

Tout ça n’est peut-être aussi que question de goût car je crois en fait que je suis plus type IPA que double IPA… Ça y est, j’ai très hâte de goûter leur IPA. Trop.

Je m’étais promis de ne pas boire les 3 le même soir pour étirer le plaisir (d’où l’idée de boire la Heady Topper en premier), mais je dois vous avouer que la tentation eut raison de moi. Bref après quelques chips et remises en question du moment opportun, j’ouvre la Focal Banger. BOOM! De puissantes effluves de mangue, fruit de la passion (et… tangerine?) s’emparent de mon nerf olfactif. Difficile de prendre en photo avant la première gorgée! Gorgée emplie de bonheur et de pur extase. Oui, elle est bonne. Et encore mieux que ça! Ça ressemble à un blend de nos meilleures IPAs à nous (on passe de LTM à Ras l’bock à Le Castor pour remonter vers Dieu du Ciel), avec un petit quelque chose d’unique aux states. Cette passion du houblon américain et cette recherche de l’unicité des saveurs.

Je la verse dans la tulipe et poursuis ma tâtation. Oh oohh… C’était mieux à même la canette. Je goûte à la portion de ma copine, dans un verre à IPA, et Outch! C’était le match parfait. Je dirais donc que c’est à boire dans un verre à IPA ou rien. Vous savez ces drôles de verres avec une base conique gondolée qui se termine en petit ballon allongé sans réouverture? Le verre idéal pour conserver les doux arômes du houblon frais (voir photo de la Crusher). On a donc poursuivi notre dégustâtion dans son verre, offrant une olfaction (et dégustâtion) à couper le souffle. Du coup, je remets en question l’idée d’avoir goûté la Heady Topper avec une tulipe… Va falloir remettre ça! D’ici là, un gros 10 sur 10 pour la Focal, cette IPA est l’une des plus fruitées et goûteuses que j’aie eu l’honneur de goûter. Ça, c’est ce que j’aime.

Restait plus que la Crusher. L’envie fut grande de la déboucher le même soir! Mais j’avais peur de tout gâcher alors j’ai remis au lendemain (kheum… surlendemain). Bref j’ouvre la dernière canette et… Oh! Ça sent pas autant que les 2 autres, mais ça sent bon le houblon. Un bel arôme d’ananas qui se prolonge en bouche, suivi d’une pointe d’alcool, puis d’une finale amère et très sèche. C’est un peu déconcertant, mais elle est encore très froide alors je décide de la laisser tempérer. « Ouin. Chus vraiment type IPA. » me dis-je encore. Je réalise alors qu’une bière houblonnée au taux d’alcool de 9% se fait moins bien accueillir par mes papilles qu’une au taux de 7%.

Est-ce une question d’alcool ou de température?

Évidemment, je dois la boire tiède pour mieux l’apprécier. Alors je les garde habituellement pour les journées plus fraîches puisque lorsqu’il fait chaud, j’apprécie la bière froide. Toutefois, je ne peux prendre le risque qu’elles se fanent puisque les bonnes IPAs sont comme des fleurs coupées… Trêve de poésie! Une fois tiède, un tout autre monde s’est ouvert à moi. Un vrai nectar de fruit! Oui, les doubles IPAs doivent être bues tièdes. Final bâton. Et oui, elle aussi, elle est très bonne! Elles le sont toutes.

C’est définitivement le type de bière que l’on termine en se disant que l’on en prendrait bien une autre… et une autre… et une autre… etc. Meilleure au monde? Je ne sais pas encore car je n’ai pas tout goûté, mais j’ai apprécié y avoir eu accès. Mon coup de cœur : Focal Banger sans hésiter. Voilà!

Santé!

Share