Turbo Max Plus, Ras l’Bock

Y m’restait c’te growler plein qui m’faisait d’l’œil au fond du fridge-à-broue depuis mon dernier passage dans l’Bas… J’attendais l’occasion propice faut crère! Et pis la première neige m’a convaincu qu’c’était l’temps d’rester en d’dans, de m’emmitoufler pis d’bouère ça p’tite gorgée par p’tite gorgée devant « Les 8 enragés » qui passait à télé. Timing idéal pour une bonne Black IPA!

Dès l’ouverture, d’intenses parfums de houblon fruité s’enfuient de la bouteille vers mes narines : « Hummmmm… Ça va t’être booooooooon! » Telle la première neige de 2016, une belle mousse généreuse et tenace s’installe au-dessus du liquide bien opaque lorsqu’elle prend place en verre… Du cran! Du corps! Et de la douceur… Très prometteur!

N’étant habituellement pas tant porté vers les bières de cette noirceur, je tends surtout à essayer de nouvelles variantes du type, particulièrement lorsqu’elles proviennent de microbrasseries que j’estime beaucoup, telles que Ras l’Bock. Et celle-ci me parle évidemment beaucoup de par son houblonnage généreux rappelant un peu sa petite soeur, La Solution!

À première bouche, elle est légère pour une noire, aux bases se rapprochant plus du cacao que du café (à mon grand bonheur). Les arômes se promènent en fait entre le fruit de la passion et la torréfaction, sans aucune ambivalence. À vrai dire ça m’donne quasiment l’goût d’ajouter du houblon à ma prochaine batch de brownies!

Ça s’boit très bien et laissez-moi vous dire que même après un mois et demi (avant qu’ils ne l’embouteillent en fait), le growler avait conservé toute l’effervescence et la fraîcheur du produit! C’est ben pour dire hein!

À déguster, bien tempérée, avec une bonne boîte de truffes au chocolat noir et un Tarantino bien chaud!

Santé!

Share